El volcan Masaya (+experiencia de autobus)

                                             El volcan Masaya (+experiencia de autobus) dans Ballades en Nicaragua masaya 

Samedi 15 octobre, nous partons tot le matin en direction du volcan Masaya a quelques 20 minutes de bus de Granada. Ce qui est l occasion pour moi de prendre le bus! Et c´est une sacré expérience! Vus de l´extérieur, ce sont de vieux bus jaunes colorés et sympatiques, mais les gens ont l´air écrasés comme des sardines. Mais finalement, quand on prend le bus depuis son point de départ et qu´on a une place assise, c´est plutot pas mal.  Le cocasse, c´est que pendant que le bus est a l´arret, tout un tas de vendeuse ambulantes passent parmi les sieges pour nous proposer leurs produits d´une voix nazillarde (pardon de le dire, mes les nicaraguayennes n´ont pas une voix tres sexy): des bonbons, des gateaux, des jus de fruits frais servis dans une poche plastique fermée autour d´une paille, des genres de bouchées salées a la pate de maïs, des pommes de terres au fromage… de quoi combler le trou du petit déjeuner oublié (pas pour moi, mon estomac doit manger des le réveil, mais ou sont les croissants au beurre pour tremper dans mon nescafé??!!!! (2eme parenthese: le café nicaraguayen est tres bon)).

 dans Ballades en Nicaragua 294775_10150368912519729_754319728_8024823_949580522_n  

Donc direction le volcan Masaya, un des 7 volcans encore actifs au Nicaragua. Du calme, la derniere eruption date du 18 eme siecle. On risque juste de s´asfixier avec les gaz ou de subir quelques projections de roches. Mais je ne sais pas ce qui est pire: les gaz qui nous font mal a la gorge, ou la pluie et le vent. On aurait quand meme pu me dire qu au Nicaragua il ne fait pas toujours 30 degrés et grand soleil!  Heureusement Berta me prete un tee-shirt manches longues, et j´avais eu la présence d´esprit de prendre un parapluie (merci Maud), avec le vent c tres utile… Apres s´etre balladées autour du cratere et avoir observé les roches volcaniques, qui ressemblent etrangement a des pierres ponces (malheureusement il est interdit d´en rapporter a la maison).  Le paysage laisse une impression étrange, sombre a cause des roches noires, un peu apocalyptique (et la pluie ne fait qu´en rajouter). Je pioche dans le blog de Maria et Berta quelques détails historiques: les civilisations anciennes sacrifiaient des vierges et des enfants parce-qu´ils croyaient que leurs dieux leurs montreraient le futur et les guideraient a l´aide de signaux de fumée. Quand les espagnols sont arrivés, ils ont  planté une croix en haut du cratere pour empecher Satan de remonter a la surface de la terre (par le volcan bien sur). A croire que ca a été efficace, personnellement je n´ai jamais rencontré Satan.

   
A part le cratere actif nous pouvons faire d´autres ballades avec un guide, nous choisissons celle de la grotte aux chauves souris, une des grottes creusée par la lave du volcan. Estella trouve que c´est vachement plus fun de se ballader avec un casque bleu sur la tete. Ce qui me parait le plus impressionnant dans cette grotte, ce n´est ni la grotte ni les chauves souris, mais plutot la racine d´un arbre qui rentre dans le grotte sur au moins 15 m. Le guide nous explique 2-3 trucs parmi lesquels je retiens que des nicaraguayens ont établi des plantations autour du parc naturel protégé du volcan, car le souffre apporte des éléments riche pour les cultures. Et Maria me rappelle a juste titre, que les gaz du volcan provoquent aussi des pluies acides qui sont nocives pour les cultures.  Débrouillez-vous avec ca!

      

Apres la visite nous redescendons (gratos) avec le guide. Petit passage au musée qui est tres interessants puisqu´il explique a renfort de schémas et photos la formation des volcans et les différentes sortes d´éruption (ne comptez pas sur moi pour vous expliquer tout ca), ainsi que les différentes especes présentes dans le parc naturel. Nous observons les papillons et insectes sous-verre pendant que 2 d´entre nous sont affalées sur les bancs et se font un « petit cluc » comme on dit chez nous. Je me retiens de donner des noms et de publier des photos…

Il nous reste un peu de temps pour aller visiter Nindiri, un des « Pueblos Blancos » mentionnés dans le guide de Berta (cf l´article sur les Pueblos Blancos), ce qui nous donne l´occasion de reprendre le bus. Bien mieux qu´un taxi car moins cher et tout aussi efficace. Il suffit de se placer sur le bord de la route et de lever le bras. Le bus apparait alors dans les minutes qui suivent et le monsieur qui travaille avec le chauffeur crie tres rapidement « Granada! Granada! Granada! » (qui est en l´occurence la destination finale de ce bus), ce qui veut aussi en qq sorte dire « dépéchez-vous!dépéchez-vous!dépéchez-vous! ». Ce n´était donc pas qu´une légende, le bus ne prend pas le temps de s´arreter pour que l´on puisse monter. Mais c´est assez fun en fait, on monte quand on veut et on ne perd pas de temps. A l´interieur il faut juste bien s´accrocher, ce qui est aussi assez fun pour les touristes que nous sommes. Et le mec du bus passe récupérer l´argent parmi nous. Pendant le trajet, un homme au fond crie au chauffeur de s´arreter de temps en temps, il ouvre alors la porte et balance des sacs de graines. Puis il siffle pour qu´un autre homme vienne récupérer les sacs laissés sur le bord de la route. Vive le Nicaragua!

 ps: mes colocs sont partis dormir dans une maison dans les arbres. Et moi je reste la pour rédiger mon blog… Je ne sais pas si je mérite des félicitations ou des remontrances…

 


Autres articles

Répondre

Tour du monde de Sandrine e... |
Catimini en Italie |
Paris / Buenos Aires / Carc... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Avesnières Irlande
| zerah
| L'aventure commence à ...