L´Ile d´Ométépé

A l´occasion de ce week-end de 3 jours, nous partons direction l´ile d´ométépé, considérée selon un des nicaraguayens éméché de la laguna de Apoyo come l´une des « 7 merveilles du monde ». Mmm, aurait-il besoin de soutien scolaire lui aussi?

 

L´Ile d´Ométépé dans Ballades en Nicaragua Granada_Ometepe_Rivas_San_Juan_del_Sur_mapa   Mapa-Ometepe dans Ballades en Nicaragua

Parenthèse pour les futurs volontaires, pour se rendre a l´íle d´Ométépé depuis Granada: prendre le bus Granada-Rivas jusqu´a Rivas (25 cordobas). De la, prendre un taxi jusqu´a San Jorge (25 cordobas par personnes, nous étions 4). A san Jorge, plusieurs options: un ferry (50 ou 40 cordobas) ou une lancha (30 cordobas) qui vous déposent a Moyogalpa. Voir les horaires, mais demander confirmation, ca peut changer…

http://www.nicatour.net/es/nicaragua/horario-san-jorge-ometepe.cfm

 Il y a aussi un autre ferry qui dépose a San Jose, mais à vérifier…

Pour le retour, il vaut mieux se renseigner avant, selon qu´il soit plus judicieux de se rendre a San Jose ou a Moyogalpa. Et prenez bien en compte que les bus sont moins fréquents qu´a Granada, surtout le dimanche. Le trajet est long (8h pour nous, mais j´y reviendrai).

Quelques photos du trajet en bateau:

          

         
Bon, j´ai un peu triché. Les photos des dormeurs ont été prises au retour… (j´ai volontairement omis celle de Maria par peur des représailles).

L´Ile d´Ométépé est « basically » divisée en 2 parties, coté nord (gauche sur la 2eme carte du haut), le volcan Concepcion, le volcan le plus actif, d´une hauteur de 1610 m, environ 8h de marche aller-retour. Souvent déconseillé car léger risque de projection de lave (léger, la derniere remonte aux années 90). Le Charco Verde est une réserve naturelle, une petite ballade sympatique pour voir les arbres et les singes congos. Mais n´espérez pas vous baigner. Et selon les dires, c´est tout ce qu´il y a à faire du coté nord de l´ile. Coté Sud: le volcan maderas. Cela vaut la peine de prendre un hotel dans le coin pour monter au volcan maderas, 1390 m d´altitude,  7h aller-retour et se baigner dans la laguna verde (d´un vert beaucoup moins douteux). Autres curiosités à voir: la cascade San Ramon, environ 100 m de hauteur, les pétroglyphes de la firma Magdalena (et ailleurs) et la zone de Mérida en kayak pour admirer les caimans, tortues et autres animaux du coin. Entre les 2 volcans se trouvent « los ojos de agua », 3 trous d´eau formés par les volcans, entrée payante (40 cordobas) et eau limpide.

Voila pour l´essentiel d´Ométépée. Mais bien sur, nous ne savions pas tout cela au début. Nous nous sommes d´abord rendus à la pointe Jésus Maria pour rencontrer les « pecheurs et artisans » du coin. L´endroit était désert, mais pour mon plus grand bonheur il y avait des vaches. Qu´elles sont belles…

       

Il faudra que je vous en montre des plus cornues.
Puis, nous avons marché le long de la route en attendant que passe un bus. Ils sont beaucoup moins fréquents qu´a Granada, nous avons donc marché jusqu´a avoir bien faim. Nous trouvons un « resto » qui nous propose un poulet avec riz, platanos et légumes pour 50 cordobas (2 euros). « Sur place ou a emporter? ». Elle peut nous le préparer a emporter en un quart d´heure  avant que le bus ne passe. On accepte. Elle part a la cuisine. Le bus passe… Bon, ben ce sera sur place…

Puis nous reprenons la route a pieds jusqu’ a ce que le bus passe enfin 1h apres. Mais c´est toujours interessant de marcher sur la route d´un pays inconnu. Enfin arrivées au parc naturel le Charco Verde, nous espérions pouvoir nous baigner dans son eau verte. L´eau est verte, certes, mais d´un vert plus douteux que turquoise. Joie de découvrir un troupeau de singes congos au dessus de nos tetes, peur, parce-qu´ils sont bien mignons mais aiment bien jeter des excréments sur les passants et leur cri ressemblerait plutot a celui d´un gorille. Encore heureux, que nous ne soyions pas tombés sur les singes « cara blanca » qui eux s´amuseraient plutot à simuler l´acte sexuel avec les passantEs. Mais ce fut quand meme une ballade interessante puisque certains arbres sont nommés (mon préféré avec son tronc large est le panama, cf photo), et nous découvrons des fleurs inconnues, les vautours du coin, ainsi que des insectes qui ont l´air se s´accoupler d´une facon bien bizarre… Voyez plutot.

    

   

Le tour du Charco Verde étant vite fait, nous optons pour nous rendre directement a l´hotel Istian, situé sur la playa Santo Domingo entre les 2 volcans. Enfin, « directement » c´est vite dit, car il faut encore attendre le bus… A l´arrivée, nous sommes assez contentes. Juste en face du lac, 4$ la nuit pour une chambre de 4. Le jardin est joli. Seul problème: les moustiques qui se massent à l´entrée de notre chambre. Encore heureux que nous ayons des moustiquaires.

   

Une fois installées, un nica libre sur la plage s´impose (nica libre= cuba libre avec rhum blanc). La plage n´a rien de touristique, seulement une bande de sable noir, des moustiques et une eau claire sans être limpide, a environ 22 degrés (estimation personnelle, donc prévoir un intervalle de confiance relativement grand). Il est entre 17h et 17h30, le soleil se couche, les 2 volcans nous entourent, c´est donc le moment et l´endroit idéal pour se baigner. Les photos le démontrent.

  382169_10150387749274729_754319728_8126122_1378185705_n  386605_10150387750984729_754319728_8126125_1768451482_n

Je tiens encore une fois a mettre en garde contre les photos trompeuses, et notamment le mode « magique » de Léo qui amplifie légerement les couleurs. Mais c´était quand meme un bain « de Puta Madre! ». Et pour couronner le tout, des éclairs au loin (suffisamment loin), il pleuviote un peu. Sur le sable, on apercoit des bestioles lumineuses, qui ne sont ni des lucioles, ni des vers luisants. Selon la description tres précise de Leo, « c´est comme des mouches avec le cul qui brille de temps en temps ». Paradisiaque. Berta et moi nous décidons enfin a sortir de l´eau pour aller se laver. En sortant de la douche (bien froide), je découvre la nouvelle coupe de cheveux de la Maria, tres contente d´elle. Si vous voulez essayer a la maison, l´opération consiste a se faire 3 queues de cheval: 2 sur les cotés et une derriere. Coupez les 3 a la hauteur qui vous convient et vous obtiendrez un joli dégradé. Véridique.

Au repas, nous sommes les seules clientes de l´hotel. Coupure d´électricité sur coupure d´électricité (les gérants ont l´air habitué), on nous prete une lampe qui attire les moustiques. Le jus de pasteque est délicieux et le repas tres bon. Il pouvait bien apres 1h30 d´attente!

A 21h30, nous tombons dans nos lits comme des moustiques. Lever 5h pour voir le soleil se lever. Et nous apprenons une chose tres importante: quand il y a beaucoup de nuages, il n´y a aucune couleur. Retour au lit, jusqu´a 8h30. Nous sommes samedi et la dame de l´hotel nous annonce que les bus passent environ tous les 3h selon la direction, car c´est le jour des derniers discours des leaders des différents partis politiques avant le grand silence jusqu´aux élections. Nous voyons passer des camions a ciel ouvert transportants des dizaines de sympathisants politiques des différents bords en direction du défilé. Et on se demande comment on va bien pouvoir se déplacer. Réflexion faite, nous commencons par les pétroglyphes a 20 minutes de marche.C´est a ce moment qu´un bus passe. Pour une fois qu´il en passe un, on ne va pas le louper! On réfléchira apres pour le retour. Il se trouve qu´il se rend a Magdalena, ou se situent aussi les plus jolies pétroglyphes. Pour explication, les pétroglyphes sont des dessins gravées dans la roche. Le guide de Berta les qualifient de precolombines, car antérieures a Christophe Colomb. Sur place, les pétroglyphes ne sont pas du tout protégés et aucune explication de leur signification. Donc voyez plutot par vous-meme:

   

Une questin me taraude… Avaient-t´ils des bicyclettes a l´époque?…

Nous avons ensuite était victime d´un incident qui aurait pu être tres malheureux… Alors que nous zigzaguions entre les rochers, nous sommes tombées a 2 m de nous sur un boa constrictor… Heureusement, Léo et moi étions munis de nos canifs (merci papa Moutengou), et nous avons dépecé la bete a grands coup de couteau suisse. Ames sensibles s´abstenir:

            
Apres cette aventure, nous continuons notre chemin jusqu´a… perdre notre chemin. Nous tombons alors sur un américain jouant de la guitare dans une cabane. Il nous explique que nous sommes tombés sur une autre « finca » (ferme), la finca Bona Fide. Il y a d´autres cabanes. J´en connais qui qualifieraient cet endroit de « camp de hippies », mais je ne donne pas de noms… Beaucoup d´américains, qui montent un projet agricole de plantation d´arbres et de cours d´agriculture bio. L´idée est entre autres d´arreter d´exporter des fruits qui peuvent se produire sur place (noix, coco, fruits de la passion, salade…). Ils pronent notamment l´idée de « permaculture », autrement dit « agriculture permanente ». Pour les intéressés: http://www.projectbonafide.com/.

Le jeune américain nous accompagne jusqu´a la Finca Magdalena, en jouant toujours de la guitare sur le chemin, un peu compliqué pour passer les barrieres…

     

De retour a la Finca Magdalena, qui est aussi un hotel ( un bon plan pour les voyageurs, 4 $ la nuit et le village en bas fait la fete de temps en temps), nous offrons un café a l´américain. Ce sera un « pain francais » pour moi, autrement dit un pain perdu avec des bananes pas mal du tout.Nous trainons un peu, le temps d´acheter des bijoux, et de passer a peu pres 1h avec l´artisan qui défait des bijoux pour en refaire d´autres pour Léo qui est tres dure en affaire. J´en profite alors pour lui poser des questions sur les graines qu´il utilise (cela fera peut etre l´objet d un autre article).

        

Il nous reste juste assez de temps pour aller se baigner a los Ojos de Agua,  piscines naturelles formées lors de l´éruption  du volcan Concepcion, 40 cordobas l ´entrée.

Sur le chemin du retour (4 km a pieds), encore un beau spectacle de coucher de soleil sur le volcan Concepcion:

           
4 km a pieds, apres 18h, la nuit a bien le temps de s´installer. Mais heureusement, Berta, notre aventuriere prévoyante avait embarqué sa lampe frontale (et accesoirement, du fil et des aiguilles, ainsi que des bandages et sparadra), c´est quand meme plutot rassurant meme si le retour nous a enchanté. L´occasion d´entendre les bruits d´animaux du coin, de voir l´animation des maisons de nuit, les panneaux d´évacuation en cas de réveil du volcan, et d´arriver bien fatiguées et affamées a l´hotel ( ou il y avait de la lumiere!!!). Un bon poulet, un  documentaire sur les tigres (« depuis 8 ans, notre reporter entretient une relation tres spéciale avec Julie, la tigresse »), et au lit.

   

Seconde tentative de lever de soleil le lendemain. Echec. Encore moins de bus le dimache. Marie et moi rentrons a Granada (quelques 8h de trajets et encore pas mal de marche a pieds), pendant que Berta et Léo vont voir les caimans et tortues en kayak a Mérida. Ca m´aurait bien sur enchanté mais je voulais voir le discours a Granada d´un des parties politiques qui se présente aux élections, l’APRED. Apres réflexion, je vous épargnerai les « 100% contre l´avortement »,  » Celui qui ne croit pas en Dieu n´a rien », « en 1er Dieu, ensuite la famille! », « Alea iacta est, vota en la casilla 10″

 

Merci de votre attention et pardon pour cet article beaucoup trop long, mais l´inspiration était trop grande.

 


Autres articles

3 commentaires

  1. isabelle dit :

    Attends… je ne suis pas sûre d’avoir compris ! Vous avez tué un boa ?! C’est pas possible ! Mais elle a pas essayé de se défendre la bête ?!

  2. drosofille dit :

    Ah ah ah! Yes, la blague a marché. Mais non, crédule, c juste un tronc qui ressemble bcp a un boa.Merci d´y avoir cru! ;-)

  3. isabelle dit :

    Je me disais : c’est pas possible personne n’a relevé ! Et ouais il n’y a que moi pour tomber dans le panneau….

Répondre

Tour du monde de Sandrine e... |
Catimini en Italie |
Paris / Buenos Aires / Carc... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Avesnières Irlande
| zerah
| L'aventure commence à ...