L´école: rentrée scolaire et fin de mon volontariat

Le 13 février 2012, nous avons vécu la rentrée scolaire. Je suis toujours à la Nueva Esperanza, mais le système a changé. Auparavant, nous travaillions individuellement avec les enfants en difficultés qui sortaient de classe pour travailler 40 minutes avec nous. Maintenant nous ne travaillons plus individuellement avec les éleves, mais à l´interieur de la classe en soutien du professeur. L´idee n´est pas mauvaise bien que j´étais un peu déçue de ne pas préparer la classe moi meme de part l´experience acquise lors de l´école d´été.  Mais nous pouvons de cette façon aider plus d´enfants et suivre le programme scolaire (qui nous était inconnu auparavant). Le premier jour d´école a été horrible!! Bon j´exagere, mais j´étais plus fatiguée frustrée et désespérée qu´autre chose. Nous travaillons avec 2 classes de 2ndo grado: en partie le matin et en partie l´après midi. Ils sont plus de 40 dans les 2 clases, n´ont aucun sens de la discipline et les professeurs ne savent pas se faire respecter, non que les éleves manquent de respect, mais ils n´ont jamais vraiment appris à rester sur leur chaise, à demander la permission pour se lever ou aller au tableau. Ils sont adorables mais c´est épuisant de travailler dans ces conditions. Et je vois notre impuissance. Nous sommes 2 volontaires à aider le professeur (40 volontaires en tout mais répartis dans  chaque classe des 8 écoles). 2ndo grade est l equivalent du CE1. les profs sont atterrés de voir que plus de la moitié ne sait pas lire. Donc, nous avons rapidement discuté avec les professeurs. Et avec le professeur du matin nous passons simplement dans les rangs pour les aider à faire les exercices. Et il nous faudrait être 5 fois plus nombreux pour combler leurs lacunes. Et l´après-midi, chaque volontaire donne classe à un groupe d´élèves. C´est donc plus interessant pour nous, sûrement plus efficace et l´ambiance de la classe est un peu plus tranquille.

C´est pourquoi, 4 semaines plus tard, j´ai décidé de ne pas prolonger mon séjour à Granada. Ma patience m´a perdue, et l´envie également. J´éprouve encore du plaisir à travailler avec la classe de 2ndo grado de l´après-midi, mais demain (lundi 5 mars) sera ma denrière matinée de classe. Je suis sortie trop de fois de cette classe énervée parce que les enfants n´en font qu´à leur tête, et le professeur n´y trouve pas vraiment à redire (« ce sont des enfants à problèmes, on ne peut rien faire », belle excuse…). Les enfants s´amusent à se tapper, bien qu´amicalement, ils font du bruit avec les bareaux des chaises, se lèvent, papottent, vont prendre dans l´armoire des affaires qu´ils n´ont pas à toucher.  Maycol et Ana avec qui je travaillais pendant l´école d´été se braquent dès que je veux regarder leur cahier ( ils avaient pourtant l´air d´apprécier les cours cet été). Et les enfants que nous voulons aider ont bien trop de retard, donc j´ai l´impression de perdre mon temps. Je continuerai par contre à aller en cours l´après-midi, pour quelques jours avant de partir.

 

Le bilan est cependant très positif. Je n´ai pas aider comme je l´aurai voulu. Ces 5 mois n´ont pas été assez homogène pour cela (aide individuelle ave certains élèves, absentéisme, puis école d´été, puis rentrée scolaire avec un nouveau système et encore d´autres élèves), mais ils ont été très instructifs,  je me suis investie comme je l´ai pu, et nous avons passé du bon temps avec les enfants qui je suis sûre sont très heureux d´avoir des volontaires d´autres pays au milieu d´eux.


Archives pour la catégorie L’école et le travail de volontaire

« Et si nous construisions une maison en 2 semaines? »

C´est en quelques mots la réféxion que se sont faits Andy et Heili, respectivement un anglais et une australienne qui voyagent depuis 2 ans maintenant. Ils parcourent une grande partie de l´Amérique, du Canada jusqu´au Panama et désiraient donner de leur temps à la Esperanza Granada pendant 2 semaines. Pauline leur a alors proposé de rénover la maison d´une famille bien pauvre dans les environs de la Nueva Esperanza. Comment est choisie la famille? Il y a un tirage au sort entre les élèves  qui ont un excellente assistance à classe (ce qui est rare au Nicaragua), et la petite Diara a été l´heureuse élue ( elle se trouve être la petite soeur de José Aurelio un de mes élèves de l´école d´été).

Andy et Heili ont en leur possession peu de connaissances en construction et un budget de 300 $ de leur poche et 1000$ de la part de Mark, le vice-président de l´association ( nous le soupsonnons millionaire).

J´ai la chance de les accompagner pour ce premier jour de repérage et de pouvoir prendre plein de photos et vidéos pour l´organisation ( et pour moi, pour vous…).

Je rencontre donc Andy et Heili au bureau de l´ONG et nous nous rendons avec leur voiture dans le quartier de la Nueva Esperanza (que nous nommerons Pantanal). Nous rejoignons Tatiana à l´école secondaire (collège) en construction, et nous la suivons jusqu´à la maison de Diara et José. Le couple avait déja vu des photos de la maison mais restent malgrès tout bouche B devant ce qu´ils voient. Les murs sont en plastique (pirouette cacahouette), et il y a seulement une seule pièce pour 7 personnes. Les 5 enfants  disposent de 2 matelas et les parents dorment en face de la porte sur un lit de bois. Vraiment précaire. Il y a des affaires suspendues un peu partout au plafond car pas d´étagère. Une légère odeur nauséabonde. Mais les enfants sont adorables et les 2 parents très sympatiques (avec un écart d´âge d´environ 40 ans entre les 2 parents).

 dans L'école et le travail de volontaire

 

Andy et Heili ont la chance d´avoir à leur disposition les services de Brandon, un des volontaires qui se trouve être aussi maçon. Ils font leur plan et le propose à la famille. C´est la que j´interviens car leur espagnol en est encore à ses balbutiements. La maison fait actuellement environ 5m sur 4. Ils prévoient de l´allonger d´1m, de construire les murs avec un bois pas cher très utilisé dans le quartier et de prolonger le toit pour couvrir le devant de la maison. L´intérieur de la maison sera divisé en 3: 2 chambres et une pièce commune. Chaque chambre profitera d´1 fenêtre, sans vitres. La famille semble satisfaite de tout ce qu´ils proposent. Normal,ça ne peut être que mieux.

           

 

En prime, quelques photos de la famille et des constructeurs, et une de moi, Melissa et Diara:

   

 

Nous nous rendons ensuite  à l´école secondaire pour demander un peu d´aide aux constructeurs qui sont sur place. Je m´explique. Un des projets de La Esperanza Granada est la construction de cette école secondaire (équivalent collège).  Jusque là plusieurs groupes sont venus en aide durant une ou plusieurs semaines, la plupart du temps ce sont des américains. Le dernier groupe en date est un groupe de jeunes étudiants venus construire une salle de classe. Cette fois-ci ce sont des lycéens américains qui ne restent ici qu´une semaine et dorment dans les salles de classe déja construites ( au nombre de 3, il en reste 3). Ils doivent en une semaine construire 3 salles de classes, sachant qu´ils partent en excursions chaque après-midi. Ils semblent cependant bien motivés et se stimulent sur un air de Lady Gaga et de « We are the best!. Ils ont l´air efficaces.

Pour les aider, la Esperanza a embauché José et son équipe. Nous profitons de la présence de José, qui de lui même nous propose de nous accompagner pour acheter le matériel.

Au magasin, Andy et Heili achètent pour 200 $ en poutres, clous et produit contre les termites. José nous emmène à un autre magasin pour acheter et négocier le prix du bois (devis demain). Son aide est précieuse puisque c´est un connaisseur, et il ne manque pas de dire que Heili et Andy ne construisent pas cette maison pour leur propre business, mais pour aider une famille pauvre du Pantanal, s´ils pouvaient profiter d´une petite réduction…

     

Finalement nous repartons à l´école avec le matériel. Andy s´en va avec un autre maçon pour voir la maison, et Heili et moi enduisons de produit contre les termites  la partie des poutres destinée à être enterrée sous terre. Il n´y a finalement pas de pinceau dans l´école donc nous utilisons des bouts de cordes effilées. Système D…

 

 

 

Nous voila maintenant 10 jours plus tard et la maison est déja terminée. Au delà des espérances de Heili et Andy. Je n´ai pas encore l´information du montant total. Mais certains frais rajoutés au montant n´étaient pas prévus au départ, comme l´achat de ciment et de briques pour le devant de la maison. En tout cas, le résultat ravi les enfants, les parents et les constructeurs. Ils ont reçu l´aide de qqs voyageurs pendant une journée, et de Brandon. Voilà qqs photos de l´évolution des travaux:

 

Et voilà le résultat final:

 

         

 

Adios escuela de verano!

Vendredi 3 février, dernier jour de l´école d´été qui aura duré 2 mois. Cette dernière semaine aura été un peu chargée. Préparation d´examen (non pas un, mais 3 pour une meme classe car niveaux bien trop différents) et du meme coup révisions pour ces examens, correction des examens, rédaction d´un résumé du niveau de chaque enfant plutot difficile quand on a du mal a cerner les capacités  et progrès de chacun), surement une grosse perte de temps puisque ce résumé ne sera surement jamais lu. Nous voulions aussi offrir a chaque enfant une photo de lui meme et de la classe. De mon côté, répétition pour le spectacle de danse. Une semaine donc bien chargée pour une dernière journée riche en jeux et en réjouissances.

Nous avons commencé par passer du temps avec notre classe: visionnage des photos de l´école d´été. En voici quelques unes:

Adios escuela de verano! dans L'école et le travail de volontaire 377882_10150658776792926_571647925_11988249_37232169_n  dans L'école et le travail de volontaire   

  

   

 

Puis les enfants ont joué a la chaise musicale et nous sommes tous sortis pour voir le spectacle. Nous commencons par le cercle circassien:

               

 

Sharon et Jennifer enchainent avec un reggaeton de leur cru. Vient ensuite la pièce de théatre qu´ont préparé les enfants à l´aide de leurs professeurs Jenny et Julianna. La pièce s´intitule « la princesse qui ne voulait pas se marier » et elles ont réussi à utiliser tous les costumes de l´organisation: princesse, fées, cow-boy, cuisinier, docteur, pompier, ouvrier, chevalier… et l´histoire reste cohérente!

               

Nous poursuivons avec le « Danza Kuduro » de Erica et Shirley:

MVI_0987

Puis vient la pièce maître du spectacle de danse: le Walla Gallo. Une danse que j´ai appris lors de mes cours de danse folklorique. Elle raconte un rituel existant sur la cote caraibe du Nicaragua, qui consiste à passer une poule sur le corps du malade pour le soigner. Dans le rôle du malade: notre petit Alfredo, et dans celui du guérisseur, notre pitre Renny qui débarque sur scène en jeans et avec une peluche en guise de poule. Mais ce détail m´a beaucoup plu et j´étais très fière de mes danseurs. Voici 2 extraits du Walla Gallo.

P1080140

 

Walla%2520Gallo%2520fin

Diana et Julie poursuivent avec un très jolie discours résumant les moments passés avec les enfans durant l´école d´été et quelques mots pour leur expliquer qu´ils doivent supprimmer le « no puedo » trop souvent tentenfu de leur vocabulaire.

 

Nous avons terminé le spectacle par une danse de tous les volontaires ( enfin ceux qui ont bien voulu monter sur scène).

 

Nous étions ensuite supposé organiser des jeux dans la cours de récré pour tous les enfants, mais nous n´avons pas vraiment bien géré la chose. Bref, les enfants ont recu leur cadeau (offerts par les volontaires): un cahier, crayon à papier, crayons de couleur, taille-crayon, trousse. Et tout le monde est rentré chez soit. Nous, bien contents de profiter de 10 jours de vacances sur la cote caraïbe, à la recherche du Walla Gallo…

 

 

 

Ecole d´été, mois de janvier

En ce mois de janvier, post vacances de Noel, le nombre d´enfants a considérablement diminué. Nous regrettons Maria José qui est apparemment punie pour on ne sait quelle raison. Vraiment dommage parce-qu´elle semblait vraiment adorer l´école d´été (et nous avec). Nous regrettons également la famille Lopez, mais sans vraiment de conséquences sur leur niveau scolaire qui était déja bien élevé. On ne peut pas en dire autant pour Nelly qui n´est pas revenue et qui en aurait bien besoin, et Isaac qui s´est fait virer en décembre (manque d´attention  en cours). Par contre, une classe de 15 élèves est beaucoup plus agréable, efficace et calme (quoique…) qu´une classe de 27 élèves.

Nous avons un peu changé notre stratégie. Nous travaillons maintenant plus souvent par groupe, notamment en espagnol ou les différences sont bien plus accentuées qu´en mathématiques. Je m´occupe des élèves en difficulté: Ana, Maycol, Maria, Sharon (une nouvelle), Jeiner et Christian. Bien que depuis hier Christian travaille plus particulièrement avec Sonja car il semble avoir de plus graves difficultés et se braque lorsqu´il doit répondre a une question devant les autres (sauf lorsque c´est sous forme de jeu, mais nous ne pouvons pas jouer tout le temps). Ana et Maycol se braquent également de temps en temps car meme parmi les éléves en difficultés, se sont ceux qui ont le plus de mal, Sharon, Maria et Jeiner sachant facilement reconnaitre les sillabes simples et écrire des mots simples. L´idéal serait comme aujourd´hui de ne travailler qu´avec Maycol et Ana qui ont le meme niveau et font beaucoup plus d´efforts quand ils n´ont pas honte de répondre (bien qu´ils soient capables de sortir des énormités).

Et puis nous préparons mieux les cours. J´ai abandonné l´idée de s´organiser apres la classe. Nous réfléchissons au contenu des classes de la semaine pendant que les élèves sont en classe d´ordinateurs.

 

Et grande nouveauté: la préparation du spectacle!  Juliana, Jenny et Iren (qui s´en va malheureusement dans 2 jours) ont inventé une histoire avec princesse, pompier, policier, cow-boy, docteur, fées, ouvrier, cuisinier, pour utiliser tous  les costumes dont dispose l´organisation. Ils ont meme inclu une scène ou l´ouvrier accoste la princesse en lui disant « tss tss, I love you baby, beautiful », et la princesse lui rétorque que ce n´est pas une facon de parler aux filles. Personnellement, j´aurais préféré voir la princesse lui fracasser le crane mais enfin, espérons que la gente masculine capte le message.

Quant aux cours de danse dirigés by myself, et bien, j´ai eu quelques doutes. Le cercle circassien ne semblait les motiver qu´a moitié et l´écoute de la musique du Walla Gallo a suscité des « C´est moche! ». Puis finalement, la chorégraphie du Walla Gallo semble leur plaire.  Attendez que je vous explique… Le Walla Gallo est une danse de la cote nicaraguayenne des caraibes. La chanson raconte un rituel du coin qui consiste a guérir le malade en lui passant une poule sur le corps! Oui, oui, une poule… Donc, pour notre chorégraphie nous avons un malade joué par le petit Alfredo, mon 1er danseur et fan, qui lorsque nous n´étions que 2 a participer a l´activité danse (tous les autres ayant choisi théatre) s´écriait « Je vais danser avec la professeur! Je vais danser avec la professeur! ». Et donc Alfredo est tres enthousiasmé de jouer le malade et rester allongé par terre durant la moitié de la chanson. Je l´avoue,  Alfredo est mon nouveau chouchou. Quant au cercle circassien, ils l´ont bien assimilé, bien que le changement de partenaire soit encore un cap un peu chaotique mais qui provoque l´hilarité. J´ai donc de bons espoirs.

 

Depuis la semaine dernière, un groupe d´américains termine de construire l´école du quartier San Ignacio, qui abritera les cours de « segundario » (équivalent collège). Et jeudi, ils préparent un repas pour tous les enfants (autorisé a amener un accompagnant) et nous-meme, ainsi que des jeux. Ca sent bon tout ca!

Mis a part le travail a l´école, de nouvelles espagnoles sont arrivées, et l´amitié franco-espagnole se confirme. Nous avons déja un programme bien chargé. Lundi: cours de francais, mercredi: cours de macramé (technique de confection de bracelets), jeudi: cours de salsa. Y´a pas a dire…notre truc c´est l´éducation…

C´est Noel a l´école!!

Apres une journée un peu difficile hier (classe mal préparé, une vingtaine d´enfant déchainés qui sortent de classe unde mi heure avant la fin car pas d´exercice de maths, et qui viennent perturber la réunion pour le spectacle ou les enfants sont eux aussi surexcités, bref), la derniere matinée de classe avant Noel s´est tres bien passée.

La matinée a commencé avec 1h de sport( enfin de jeux) et une demi heure de classe ou les 18 enfants de 2do grado ont fait des napperons tres calmement.

C´est Noel a l´école!! dans L'école et le travail de volontaire    dans L'école et le travail de volontaire  

Puis la Esperanza a offert un repas de Noel. Pour l´occasion les femmes de ménage des différentes maisons de volontaires se sont réunies pour préparer une petite assiette de poulet, riz et légumes. Les volontaires aussi y ont eu droit! Chaque classe est venu chercher les assiettes chacune son tour pour venir manger dans sa classe. J´étais un peu surprise que le repas se passe de facon séparé, chacun dans sa classe, mais pas forcément mécontente. Apres le repas, les éleves et volontaires ont attendu dans leur salle de classe l´arrivée des piñatas, un peu comme des singes en cage, sautant  dans tous les sens.

Iren a grimpé au mur pour installer notre piñata rose, made in Russie (au passage un grand bravo aux volontaires qui ont fait certaines piñatas, dont Bob l´éponge, by Juliana et Maren), pendant que Alexander grimpait a l´arbre pour décrocher une branche pour battre la piñata. A savoir qu´ici les enfants grimpent au mur,  aux arbres et sur le toit de l´école, c´est normal.

Ayant eu un apercu du résultat des piñatas du coté des volontaires, cad un peu dangereux, je n´étais pas vraiment rassurée, d´autant plus que cerains enfants aiment a s´avancer pres de l´enfant qui est en train de frapper la piñata les yeux bandés. Mais tout s´est tres bien passé, et nous avons beaucoup ri quand Miguel s´est acharné sur le mur pensant qu´il était en train de massacrer la piñata.

   

 

Bref, une belle matinée de cloture de l´année 2011 a l´école, les enfants étaient tres contents et moi aussi!

Et en bonus une photo d´une partie de la classe de 2ndo grado de l´école d´été:

 

Ecole d´été, 2e semaine

Après une première semaine assez réussie, la 2ème a été plus difficile. De 18 élèves en 2ème grade, nous sommes passé a 30. Lauren nous a quitté et nous avons eu 3 nouvelles volontaires. Je me suis trouvé très tyrannique cette semaine, mais à juste titre je pense. Les cours étaient plus fatiguants, vu le nombre d´enfants et leur tendance a bouger les tables, à crier, à se lever. Mais aussi car ils étaient moins préparés. Nous sommes censés, chaque jeudi ou vendredi faire un plan global de la semaine de cours, ceux qu´ont fait Sonja, Iren et Lauren qui n´étaient que 3 vendredi dernier. Et puis chaque jour après la classe, il serait bon de se retrouver pour parler des cours du lendemain et se départager le travail s´il y a des choses à préparer. Hors toute cette semaine, alors que Sonja et moi étions pretes a discuter un peu des cours du lendemain, Ana devait rentrer à pieds pour ne pas laisser Linda rentrer seule, Iren était fatigué et voulait rentrer, et Marian et Miranda, les 2 nouvelles devaient par exp aller a la laguna de Apoyo.  Donc Sonja et moi préparions la classe. Ou bien nous en parlions ensemble le lendemain durant l´heure de « computacion » ce qui nous empeche d´aider les élèves a comprendre les exercices que l´ordinateur leur demande.Bien qu´il y aient 2 volontaires assignés a l´activité « computacion », c´est bien peu pour 30 éléves.

Et puis se pose la grande question « comment s´occuper des élèves les plus en difficultés »? La différence de niveau est bien trop importante pour pouvoir leur demander les memes exercices que les autres, meme en les aidant. Nous avons alors tenté de faire des groupes de lecture.Sonja s´occupait de ceux qui ne savaient pas lire et les autres volontaires formaient des groupes de 6 élèves sans distinction de niveau.Ce ne fut pas de tout repos pour moi puisque ceux qui savent très bien lire n´écoutent pas ceux qui peinent, et le grand nombre d´éléve dans la salle rend difficile l´écoute, sans parler de ceux qui n´ont juste pas envie.

Donald propose de diviser le 2eme grade en 2 classes (hétérogènes). Nous garderons le meme programme pour les 2 groupes mais l´ambiance sera plus tranquille. Le seul petit problème c´est que le nombre de volontaire diminue. Marian n´etant pas convaincue de l´efficacité de l´ONG et des classes s´en va, Ana part demain. Nous ne sommes plus que 4. César va venir nous donner un coup de main.

Je me dis que tous les volontaires précédents se sont posés les memes questions que nous et ont peut etre trouvé des solutions efficaces, mais pas de trace de leur réflexion. Dommage. A suggérer.

Enfin, la 3ème semaine semble s´annoncer un peu mieux. Miranda semble pleine de bonnes idées, et nous avons bien discuté hier pour préparer la 3eme semaine. Ils semblent également avoir compris que ce n´est pas très construtif et solidaire de se barrer directement après la classe sans penser au lendemain. Et puis a force de harceler les ayudantes a propos du spectacle, Donald a donné des directives pour que les ayuandantes passent dans les classes inscrire les élèves intéressés, et m´a donné une suggestion d´horaire. A savoir tous les jours entre 11h30 et 11h55. Je me souiens encore de la réponse d´Antonia quand je lui ai dis que le spectacle serait pour fin janvier « ah mais alors nous avons le temps! » Euh non… nous n´avons pas le temps, dans mon pays un spectacle ca se prépare.

A part ca les enfants sont adorables, surtout Jamilette, Maria José et Estefani, qui nous sautent dessus dès que nous arrivons. Gustavo est enfin venu à l´école, mais ils l´ont mis dehors le 2nd jour car il était arrivé une demi-heure en retard.

Encore une affaire à suivre…

 

ps: nous avons fabriqué des horloges que nous utiliserons en mathématiques. Une chouette idée je trouve.

Coup de gueule

Cela fait 2 mois que je suis arrivée a Granada, et certains volontaires sont un peu décus de notre travail a l´école. J´étais tres consciente en arrivant que je n´allais pas changer la face du monde, mais j´espérais voir progresser quelques uns des enfants avec qui je travaille. Ou tout du moins, avoir la sensation d´avoir eu la possibilité de faire qqchose. L´absantéisme est en grande partie responsable. Comme je l´ai deja dit, il faut avoir un travail suivi pour pouvoir observer des résultats, et ici les enfants viennent a l´école quand ca leur chante ou quand les parents les y envoient. Et puis lorsque les maitresses ont envie de faire une réunion, elles décident que l´école termine a 10h le matin (je précise que les professeurs travaillent la matin ou l´apres-midi).  Je suis un peu frustrée depuis 2 semaines. Je commencais a me sentir un peu a l ´aise dans mon role de maitresse, a etre un peu mieux organisée, a travailler rellement mais de facon un peu amusante. C´est long de prendre ses marques (du moins pour moi). Et puis l´ONG a organisé 2 semaines d´excursions avant les vacances d´été. En résumé, nous sommes allés 4 fois au zoo avec des classes et écoles différentes, 4 fois au parc et 1 fois a las isletas. Soit 9 jours d´excursion et 2 jours ou nous pouvions allés a l´école avant les vacances. Il y avait beaucoup trop de volontaires a chaque excursion, autrement dit, certains auraient pu aller a l´école. Et l´intéret des sorties pourrait etre remises en cause. Personnellement j´ai aimé le zoo et les enfants aussi, mais comme dirait Mariea »J´ai pris 2 mois de vacances, je suis venu travailler  a l´autre bout du monde sans salaire… pour emmener des enfants au parc ». Personnellement je n´ai pas trouvé ca totalement inutile puisque nous avons fait des jeux en groupe et ca leur a permis de sortir avec leur classe, par contre l´organisation laissait a désirer. Nous n´avons pas eu de consigne au sujet des excursions, nous découvrions le jour des excursions quels étaient les enfants que nous accompagnions, qu´il fallait organiser des jeux, qu´il fallait par exp reprendre le bus pour aller manger dans un endroit sans intéret alors que nous étions parti a pieds dans l´autre direction. Nous rentrions tous les jours a 12h00 et passions l´apres-midi a la maison au lieu de partir a l´école l´apres-midi. J´en suis arrivé a sérieusement m´ennuyer, et surtout je suis assez mécontente que l´année se termine comme ca, sans avoir pu retravailler avec les enfants. Car évidemment, les 2 seuls jours ou nous pouvions aller a l´école, les maitresses avait organisé une réunion, donc pas de classe apres 10h,  ou les enfants avaient des examens, donc apres 1h d´examen il rentrent chez eux, mais pas pour étudier, ne vous y trompez pas…

Concernant les cours d´été, l´information a été tres tardive. Nous avons eu les premieres informations mardi ( soit 6 jours avant les cours d´été) et nous avions tous prévu de partir en voyage le jeudi jusqu ´au dimanche, autant dire un peu juste pour préparer qqchose. Selon moi, il aurait été bien qu´ils nous disent a l´avance: « il n y a pas classe jeudi et vendredi mais nous en profiterons pour préparer les cours d´été ». En l´occurrence la réunion de préparation du mercredi a consisté a faire des groupes de bénévoles, ce qui nous a pris a peu pres 2h, car Donald le chef ayudante, a voulu nous donner la parole pour récolter notre avis sur l´organisation a adopter apres nous avoir expliqué sa facon de penser. Ce qui est en théorie tres bien  de sa part, mais en pratique, difficile  car sur 25 bénévoles, il est difficile de trouver un consensus. De notre point de vue européen, la plupart d´entre nous aurions aimé recevoir des directives, avoir un planning bien précis avec une certaine marge de liberté quand au contenu des classes. Une fois les groupes enfin faits, nous avons essayé de penser au matériel nécessaire pour les classes d´art afin que les ayudantes aient le temps de se les procurer, mais concernant le contenu des cours d´espagnol et de maths, la consigne pour le 1er jour était « Soyiez conscients que le 1er jour va etre le bazar, nous ne savons pas quel sera l´effectif des classes, combien d´enfants vont venir, surement beaucoup, vous aurez le planning des classes une demi heure avant de commencer ».  Personellement j´aurais aimé que l´on puisse préparer un semblant de contenu, au moins pour ne pas se retrouver devant les enfants a se demander ce que nous allons faire. Enfin, résultats des courses, nous nous rendons aujourd´hui a notre premier  jour de cours d´été et découvrons que les enfants ont encore cours avec leurs professeurs! jusqu a demain! Enfin, c´est l´occasion de planifier un peu mieux les choses. Donald prend les reines avec plus de succes que précédemment,les autres ayudantes ont l´air un peu moins déconcentrés (Tatiana a arrété de dessiner des papillons sur ses post-it). Par contre, il faut refaire les groupes car ils n´avaient pas pensé qu´il y aurait une classe supplémentaire . Mais nous avons cette fois-ci le temps de faire un emploi du temps et de penser par groupe ( cad par niveau: pré-scolaires, permier grade, 2eme grade et 3eme grade) au contenu des classes. Et ce coup-ci je suis assez contente, car il est bon dans un groupe d´avoir un leader, ou du moins une personne plus dynamique qui propose sans imposer, ce que fait tres bien Lauren. J´ai personnellement tres envie de commencer des classes de danse mais il s´avere que ce sera Milton, un des ayudantes qui décidera du contenu des classes d´art et de sport, pour une meilleure gestion du matériel. Mais enfin, je suis un peu plus optimiste aujiurd´hui que je ne l´était la semaine derniere (en commencant cet article).

Bon voila, petit coup de gueule contre l´ONG qui a une bonne réputation et qui fait du bon travail d´un certain coté (construction d´école, financement du salaire des maitres, bourses pour quelques étudiants, réparation de toits de certaines familles), mais qui gere mal le travail avec les bénévoles. J´étais déja préparé a ce que tout soit différent car nous sommes dans un autre pays d´une autre culture et ils nous avaient bien mis en garde sur ce point, mais il ne faudrait pas que cela serve d´excuse.

Affaire a suivre…

Mis niños

Il est temps que je parle un peu de « mis niños », a savoir des enfants avec qui je travaille a l´école. Ils sont a peu pres 7, mais difficile de compter car je n´ai vu certains qu´une ou 2 fois. Nous passons environ 30  minutes avec chacun d´entre eux, mais rien n´est chronométré, ca varie selon l´attention de l´enfant et son envie de travailler. Et surtout il y a beaucoup d´absentéisme. Le matin, j´aurai en théorie le temps de travailler avec 4 enfants de primer grado ( de 9h a 12h), et l´apres midi avec 3 enfants de segundo grado ( de 13h a 15h), mais je vois en moyenne 2 enfants le matin et 1 l´apres-midi! Autant dire que l´on ne se tue pas a la tache…

Nous sommes actuellement en novembre, soit la fin de l´année scolaire ici. Les enfants de primer grado sont censés savoir lire, compter, additionner et soustraire. En segundo grado, ils sont censés savoir écrire, multiplier et diviser. Voyons plutot ou en sont les miens:

 

Mis niños de pimer grado:

Luis: Il doit avoir environ 7 ans (je ne pose jamais la question de l´age). Ma premiere seance avec lui fut rude. C´est un garcon tres mignon, mais il ne se concentre absolument pas. La configuration de notre lieu de travail n´est pas pour arranger les choses puisque nous travaillons en plein milieu de la cours de récré et que tous les enfants viennent utiliser nos « instruments de travail ». Donc Luis passe son temps a regarder autour de lui. Il se mettait a dessiner quand je lui demandais d´écrire une lettre, il tournait les images a toute vitesse quand je lui lisais une histoire. Pour lui et pour beaucoup d´enfants, « m » se dit « ma ». Et si je lui demande par exemple de me lire « pe », il va dire « p con e, si! ». Ils n´ont pas vraiment compris la logique des syllabes. Il ne connait pas les couleurs. Le plus difficile avec Luis est de capter son attention, et quand j´y arrive ca ne dure pas bien longtemps. Mais il vient relativement souvent a l´école et au fur et a mesure, je le trouve moins dissipé, il était tres tranquille l´autre jour lorsque je lui ai lu une histoire. Mais je compte sur les doigts d´une main les fois ou nous avons vraiment travaillé.

Tatiana: Tatiana est la seule fille avec qui je travaille. Toujours souriante, mais elle a aussi des probleme de concentration (Luis la bat quand meme a plate couture). Elle doit avoir 8 ans. Je n´ai toujorus pas réussi a bien évaluer son niveau car elle vient rarement a l´école. Ce qui est sur c´est qu´elle ne sait rien écrire, et lire des syllabes simples lui demande des efforts.

 

Everth:  Je crois que c´est celui qui me donne le plus de fil a retordre. Il doit avoir 10 ans. Et concretement, il ne sait rien, et ne veut pas apprendre. Il veut seulement jouer et adore dessiner. Il ne sait pas reconnaitre les formes (triangle, rectangle, cercle), ne sait pas écrire les lettres, il sait compter jusqu´a 10 parce-qu´il l´a appris par coeur mais ne sait pas écrire les chiffres. La premiere fois s´est mal passé, il m´a dit « usted no sabe nada! » (je ne sais rien), il n´a pas voulu venir la 2eme fois. Il est venu la3eme fois, j´ai essayé d´avoir une approche plus ludique en dessinant des choses qui lui plaisent afin de lui apprendre les formes, mais il ne semble pas preter attention. J´ai essayé de le faire jouer au loto des lettres ( que j´ai fabriqué), mais ca l´a ennuyé. J´ai essayé de lui lire une histoire mais ca ne l´intéressait pas. La fois d´apres, j´ai essayé de lui faire compter des formes, mais il compte de maniere automatique, trop vite sans que ce qu´il compte corresponde a un objet. J´ai pensé que le jeu qui consiste a relier les numeros pour former un dessin pouvait l´interesser, mais des qu´il a entendu le mot  » numéro », il m´a demandé s´il pouvait partir. Echec. J´ai alors décidé d´abandonner jusqu´a ce que j´ai de meilleures idées ou qu´il veuille apprendre.  Une autre volontaire devrait peut-etre essayer avec une autre approche. Puis la fois suivante, nous avions la chance de travailler dans la classe de »pré-scolaire », et il venait regarder ce que nous faisions avec les autres enfants. Puis il m´a demandé s´il pouvait venir avec moi, je lui ai dit qu´il ne pouvait venir que s´il avait envie d´apprendre. A ma grande surprise il a dit « oui ». Cette fois-ci a été magique pour moi. Il s´est concentré. Il a accepté de relier les numéros pour former les dessins (pas tout seul, faut pas non plus rever). Mais il a aimé les dessiner ensuite et les rapporter a la maison, donc j´ai bon espoir qu´il veuille recommencer la prochaine foi. Peut-etre que les numéros finiront par rentrer dans sa tete. Puis je lui ai lu une hitoire et il est resté tres tranquille. Sans oublier que j´ai surpris un coeur avec écrit « Noélia » sur son cahier. Il est d´accord pour me la montrer la prochaine fois.

 

Jimmy:Il est calme, se concentre mais se lasse facilement, il me demande souvent s´il peut repartir en classe (car nous travaillons avec les enfants pendant que leur classe est en cours). Il reconnait pas mal de lettres, des syllabes aussi, mais n´arrive pas a les reconnaitre dans un mot ou a les écrire. Je ne l´ai vu que 3 fois.

 

Felipe: Il a 7 ans. Je travaille depuis peu avec lui car il n´était apparemment pas venu a l´école depuis 2 mois.Il sait compter jusqu´a 10. Il ne sait pas écrire son prénom. Il connait a peine les voyelles. Il est dynamique mais se concentre plus que les autre. Il est mignon, mais il reste beaucoup a apprendre. C´est peut-etre mieux, selon certains il est plus facile de partir de 0.

 

Je travaille depuis hier avec « Ana ». Elle ne parle pas bien, prononce mal les mots, et s´en va quand ca lui fait envie. Affaire a suivre.

 

Mis niños de segundo grado:
 Kelly: Tres calme, tres silencieuse, c´est assez reposant de travailler avec elle. Elle doit avoir 11 ans. Elle sait plus ou moins compter jusqu´a 100 mais a encore du mal avec « sesenta » et « setenta ». Elle lit plutot bien mais a besoin d´entrainement. Elle confond « b » et « d », comme beaucoup. Je ne l´ai pas vu depuis quelques temps mais une de ses copines m´a dit aujourdh´hui qu´elle avait été malade et qu´elle était revenu.

Gustavo: C´est la 3eme fois que je travaille avec lui. Il n´était pas venu a l´école depuis longtemps. Il m´avait dit que c´est parce qu´il allait a 2 écoles, mais je crois que c´est un mensonge. Il a 12 ans et m´a dit lui meme qu´il avait envie d´apprendre. Il ne sait pas lire. Il connait peu de lettres et a beaucoup de mal a reconnaitre des syllabes dans un mot que je lui énonce. Mais s´il vient souvent j´ai bon espoir. Il est par contre tres bon en math, et j´ai compris pourquoi en le voyant un soir dans la rue en train de vendre des petites choses de son panier (il faut bien savoir additionner, et soustraire pour vendre). Il vient apparemment tous les soir dans le centre de Granada avec sa famille pour travailler (soit 50 minutes a pieds) , mais il m´a dit  aimer ca.

 

J´ai également travaillé avec Mily, Maria José, Lucia et David, mais trop peu de fois pour pouvoir en faire une description, et je ne sais pas si j´aurai l´occasion de retravailler avec eux. J´ai secretement espoir de revoir David, qui est le tout premier segundo grado avec qui j´ai travaillé. Il avait vraiment envie d´apprendre, il était tres content de ce qu´on avait fait ensemble et m´avait meme demandé un exercice pour montrer a sa maman. Tres motivant pour moi et encourageant pour lui. Il n´est malheureusement revenu qu´une fois (en 1 mois et 10 jours) et n´ai pas eu l´opportunité de le voir.

 

 

Le gros probleme, a part le niveau des enfants, c´est le manque de régularité. Que ce soit a cause de la pluie, de leurs raisons personnelles ou des multiples jours fériés ou de vacances, il est tres difficile de progresser si la derniere lecon remonte a la semaine passée. D´autant plus que la plupart des enfants ne regardent pas leur cahier a la maison. Donc si j´ai un conseil a donner aux futurs volontaires qui veulent vraiment venir pour travailler avec les enfants, évitez les mois pluvieux si vous venez peu de temps.  

 

Les réunions du mardi soir au Casa Blanca

Le bar « La Casa Blanca » est le lieu choisi pour les réunions de bénévoles du mardi soir. J´avais trouvé la 1ère réunion inutile.  Elle est à chaque fois menée par 2 bénévoles d´une certaine école qui annoncent la vente de vetements du samedi, le quizz du lendemain, bref, les nouvelles. Les nouveaux arrivants se présentent et ceux qui partent disent un mot. Tout cela est très bien mais personne ne parle de ses difficultés à l´école, ou ne suggère d´autres idées. Nous ne savons pas comment les autres travaillent à moins d´en parler entre nous. Je m´attendais à ce que la réunion serve à ca. Mais il y a eu un peu de renouveau lors des réunions précédentes. Lorsque ca a été au tour de la Nueva Esperanza d´animer la réunion, Léo a raconté un sketch hilarant sur ses aventures malheureuses avec les chiens, et j´ai parlé un peu de ce que je trouvais facile et difficile avec les enfants. La réunion suivante a également été plus interessante puisque nous avons vu qqs dessins réalisés en atelier d´art par les enfants et les bénévoles ont parlé de leur travail à l´ école El Escudo.  Lors de la prochaine réunion, ce sera au tour de Pauline qui nous parlera du travail de la oficina. J´ai l´impression que ca devient plus intéressant.

                                                      Les réunions du mardi soir au Casa Blanca dans L'école et le travail de volontaire

Premiere journée

Ca y est, en ce 12 octobre 2011, soit une semaine tout pile apres mon arrivée, j’ai commencé le travail dans l’école « la Nueva Esperanza ». Le 12 octobre est aussi le jour de le vierge du Pilar a Saragosse, certes, mais aussi « el dia de la hispanidad’ en Espagne ou comme ils l’appellent ici « el dia de la raza », qui est en fait le jour ou Christophe Colomb a posé le pied en Amérique latine en 1492. Les nicaraguayens étaient donc aujourd’hui en train de feter le jour de leur colonisation par les espagnols. Euh… il y a qqchose que je ne comprend pas la dedans… Enfin ceci fera peut-etre l’objet d’un autre article!

Donc, premier jour de « travail »: une trentaine de minutes a pieds jusqu’a l’école. Quelques photos du chemin:

Premiere journée dans L'école et le travail de volontaire   dans L'école et le travail de volontaire 

Notre travail est un travail de tutoriat en face a face avec les éleves de 1er et 2eme grade qui éprouvent des difficultés. Le 1er grade correspondant a l’apprentissage de la lecture, de l’addition et des numéros, voire de l’addition et de la soustraction. Et le 2eme grade a la multiplication ou division (mas o menos). Voila l’endroit ou nous, les 6 volontaires nous travaillons (1ere photo) et d’ autres photos de l’ecole:

  

  

Ce premier jour devait en théorie consister en une journée d’observation dans les classes. Mais nous avons finalement rencontrés directement les enfants qui nous été assignés. J’étais vraiment prise au dépurvu car je comptais sur cette journée pour me familiariser avec leur facon d’enseigner et le niveau, puis me pencher sur quelques jeux ludiques ou exercices. Et puis nous recevons normalement un matériel spécifique pour chaque volontaire: une fiche d’évolution de l’éleve avant notre arrivée, un cahier et une fiche d’évaluation pour notre son évolution, une ardoise, des stylos, crayons, pate a modeler, cartes pour apprendre les sons, etc. Mais en pratique ce n’était pas le cas. Enfin le plus déstabilisant était surtout de se retrouver face a un enfant qui a des difficultés, de savoir comment capter son attention et lui proposer des exercices ou jeux pour évaluer ses difficultés et tenter de le faire progresser. Bon, bien sur , ca ne se fait pas en une fois…
Comme il n y avait pas classe hier a cause de la pluie (un sacré déluge), ils manquaient également beaucoup d’éleves aujourd’hui. Pendant notre temps libre nous avons donc assisté a un cours de 1er grado. Comme prévu, la classe ici n’a rien a voir avec la classe en France. J’ai beaucoup pensé a mes amis professeurs des écoles aujourd’hui. Quelques éleves sont attentifs et font l’exercice, pendant que les autres sortent et rentrent, passent le balai, mangent. Et la maitresse ne cherche pas a les tempérer et ne leur pretent pas plus d attention. MAis c’est apparemment chose commune ici. Les maitres ont un programme a respecter chaque mois et avancent sans vraiment se soucier que tout le monde ait complété l’exercice. MAis c’est pour ca que nous sommes la!

Sur les 3 éleves que j’ai eu, le premier regardait autour de lui, jouait avec les cartes des lettres comme il voulait, et je n’avais de toute facon pas grand chose a lui proposer pour capter son attention. La 2eme écoutait un peu plus mais pretait plus attention aux images qu aux lettres qu elles représentaient, elle savait par contre tres bien compter. Le 3eme m’a redonné un peu courage. Il ne connait pas ses tables de multiplication mais avait vraiment envie d’apprendre et était tres content que je lui apprenne la table de 10. Il m’a meme demandé un exercice pour le faire a la maison et montrer a sa maman ce qu’il avait appris. Bon, la table de 10 c’est facile mais je me demande quelle est la bonne pédagogie pour apprendre les autres. Avis aux profs, si vous avez des conseils, n’hésitez surtout pas!

La journée s’est terminé par un spectacle de danse folklorique en l’honneur du ‘ »dia de la raza », dont le fameux « Palo de Mayo »  aux mouvements tres évocateurs (cf 3eme photo), sans oublier bien sur l’hymne nicaraguayen et l’hymne sandiniste.

       

Puis, avec une autre bénévole, nous sommes allés danser avec quelques filles qui nous l’avaient demandé. Mais pas n’importe quelle danse: du raggaeton! POur nous c’est une danse a connotation plutot sexuelle, que nous évitons de danser collé serré avec des inconnus, mais pour elles c’est tout a fait naturel, c’est tout simplement une danse, qu’elle dansent entre copines en ondulant et remuant les fesses comme il se doit, mais sans aucune arriere pensée. Nous avons essayé de nous preter au jeu, avec une petite gene malgre tout.

 Quelques photos des enfants pour finir (dont moi et mon déja chouchou)

    

J’espere que cet article servira aux volontaires tentés par la Esperanza qui auront trouvé ce blog si google veut bien le faire apparaitre dans les premieres pages un jour!

Allez, je vais tenter d’avoir plus d’idées pour demain.

Tour du monde de Sandrine e... |
Catimini en Italie |
Paris / Buenos Aires / Carc... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Avesnières Irlande
| zerah
| L'aventure commence à ...